09.08.2021

Les Jeux olympiques de Tokyo 2020 se sont achevés hier avec le passage de relais à Paris 2024. Dans moins de 3 ans, la plus belle des compétitions se déroulera à quelques kilomètres de Levallois. Terre de Jeux, nous avons hâte de continuer à écrire l’histoire du sport français et mondial !


Durant cette première quinzaine olympique, nous avons vibré, notre fréquence cardiaque s’est accélérée, nous avons stressé et nous avons eu des espoirs de médailles brisés. L’apnée n’étant pourtant pas un sport olympique, nous l’avons été devant nos écrans. Et plus d’une fois. Nous nous sommes levés tôt pour encourager nos athlètes engagés en escrime et en trampoline. Nos voisins ont dû nous détester d’autant crier. Nous nous sommes couchés tard pour ne rien rater. Nous avons zappé d’une chaîne à une autre, les marmottes de France TV nous ont fait kiffer, nous avons eu un temps d’écran exponentiel grâce à l’application France TV sport. Nous avons beaucoup parlé sport mais de plein de sports. Nous nous sommes émerveillés devant la beauté de ces disciplines et de ces athlètes. Nous n’avons pas toujours tout compris des règles mais nous étions accrochés aux remarques des commentateurs. Nous avons d'ailleurs suivi ceux de Brahim Asloum à la boxe. Bref, nous avons vécu intensément ces Jeux tant attendus.

Nous avions 5 athlètes engagés : Coraline Vitalis, Houssam Elkord, Yannick Borel et Ronan Gustin en escrime ainsi que Léa Labrousse en trampoline.

  

À peine les Jeux étaient lancés que Coraline Vitalis entrait dans la compétition sur les pistes du Makuhari Messe. Malheureusement, elle s’est inclinée sèchement 15-5 dès le premier tour face à l’Estonienne Julia Beljajeva. Elle se classe 20e de ses premiers Jeux.

 

Le lendemain, Houssam Elkord et Yannick Borel se sont lancés dans la quête de la plus belle des médailles. Yannick venait chercher l’or, c’est Romain Cannone, son coéquipier qui la décrochera. À 5h20, nous étions devant la première victoire d’Houssam contre le chinois Wang Zijie. Nous avons enchaîné avec Yannick mais nous avons souffert devant sa défaite face à l’égyptien Mohamed Elsayed. Notre journée s’est terminée avec l’élimination au second tour d’Houssam contre le futur vice-champion olympique hongrois Gergely Siklosi. Il se classe 14e de ses premiers Jeux. 

 

Tous nos espoirs de médailles reposaient désormais sur le vendredi 30 juillet où nous retrouvions Yannick Borel et Ronan Gustin en quête du Graal en épée par équipes. Le réveil a sonné tôt pour assister au quart de final contre l’équipe japonaise. Notre cœur battait très vite, le taux de stress était déjà élevé aussi tôt dans la journée. Nous étions à fond derrière Yannick lors du dernier relais. Et tout s’est arrêté en mort subite. 44-45, l’équipe de France était éliminée.

Notre dernière athlète à se lancer dans ses Jeux était Léa Labrousse en trampoline. Dès 6h, nous avons suivi les qualifications. Lors de son premier passage, une chute va l’empêcher de poursuivre son parcours en finale. Elle se classera 12e pour sa première participation aux Jeux.

 


Nous sommes fiers de nos athlètes, des champion(ne)s qu’ils sont, de leurs valeurs sportives. Merci d’avoir porté haut nos couleurs à Tokyo. Merci d’être les hommes et les femmes que vous êtes. Nous sommes derrière vous et nous vous soutenons ! Nous avons hâte de vous retrouver prochainement pour d’autres objectifs qui vous mèneront à Paris 2024.


Mais des Jeux, nous retiendrons tellement d’autres images et émotions. Comme les premiers sacres de l’équipe de judo face à l’armada japonaise, de Steven Da Costa à jamais le premier en karaté et que dire du parcours des volleyeurs qui ont décroché une première médaille / titre olympique de leur histoire. Sans oublier nos équipes de handball qui ont eu leurs revanches.
Ce contre de Nicolas Batum en demi-finale de basket contre la Slovénie lors de ce jeudi fou avec la médaille d’argent de Kevin Mayer en décathlon, qui nous a prouvé qu’il ne faut jamais abandonner mais surtout les « on est en fiiiiinaaaale » des équipes masculines de handball et volley-ball.
  

Le judo nous a fait vivre une première semaine intense avec des valeurs et des images fortes. Comme lors du sacre de Clarisse avec son adversaire solvène Tina Trstenjak.
 

Les larmes de la penthathlète allemande sur son cheval qui devait la mener au titre. En tirant le mauvais cheval, elle a vécu un calvaire durant le saut d’obstacles.


L’Italie nous a surpris en athlétisme en reprenant le flambeau d’Usain Bolt sur 100m mais également avec le partage du titre en saut en hauteur sans oublier le titre en 20km marche dames et le relais 4x100 messieurs.


Simone Biles a montré aux yeux du monde la difficulté d’être athlète de haut niveau, que nos champions portent sur leurs épaules une pression impressionnante.


Yohann Diniz a raté sa sortie en abandonnant lors de sa dernière course olympique sur le 50km marche.


Renaud Lavillenie a tout donné malgré des chevilles qui l’ont fait souffrir durant son concours du saut à la perche.
Teddy Riner venait pour l’or, il est reparti de Tokyo avec le bronze en individuel et l’or par équipe. En interview, son discours était beau. « Le plus facile n’est pas de gagner mais de rester au top ». Une belle leçon pour tous ses détracteurs.


La boxe qui nous avait fait rêver à Rio a encore vécu des heures sombres à cause de l’arbitrage.
Le huis-clos nous a permis de tout connaître des stratégies des coachs et d’avoir l’impression de faire partie de l’équipe.

Malgré l’ambiance Covid-19, nous avons vécu des beaux Jeux olympiques. Maintenant place aux athlètes handisport qui lanceront leur campagne tokyoïte à partir du 23 août !