26.06.2019

Hier dans un gymnase surchauffé de la capitale malienne, Bamako, et des conditions difficiles, Houssam Elkord a réussi la performance de devenir pour la deuxième année consécutive champion d’Afrique d’épée.

La chaleur, le bruit, les longues pauses et le contexte sécuritaire ont mis les organismes à rudes épreuves. Attendu au tournant, il a su gérer sa compétition pour se frayer un chemin vers la finale. Dans sa quête olympique, il a engrangé de précieux points. Prochain rendez-vous pour lui, les championnats du Monde de Budapest où il retrouvera ses comparses levalloisiens Yannick Borel, Ronan Gustin et Coraline Vitalis. Interview de notre champion et décryptage de son maître d'armes.




Etre double champion d’Afrique, ça fait quoi ?
« C’est un grand plaisir et un grand soulagement car ce n’est jamais facile de réitérer la même performance deux années de suite. Surtout quand tout le monde m’attendait et que c’est une année particulière avec la qualification aux Jeux. Les points des compétitions continentales sont très très importants, davantage pour le continent africain."


Comment s’est passée la compétition ?

"Ca s’est bien déroulé jusqu’à la finale. Je gagne assez facilement mes matchs même si c’était dur. En finale, je débute bien, je suis devant pendant toute la rencontre mais je n’arrive pas à me détacher réellement. La fatigue est arrivée et j’ai commencé à être moins lucide. Le maître Vincent m’a été d’une grande utilité et il a réussi à me remobiliser. Au final, ça a payé."


Quelle a été ta préparation ?

"Ca a été comme d’habitude avec des leçons et des assauts à la section escrime de Levallois. Mon maître d’armes, Vincent Appolaire, m’a beaucoup conseillé sur des aspects tactiques de matchs car j’ai parfois tendance à ne pas être assez tacticien. Le travail avec ma préparatrice mentale Magali Baton est très important également car elle a réussi à m’ouvrir certaines portes qui étaient fermées. Ma compagne est avec moi au quotidien et me soutient à 1000% dans ce projet, ce qui me fait énormément de bien."


Quels sont les objectifs pour les championnats du Monde de Budapest ?
"C’est de confirmer ce résultant en restant le premier tireur africain. Le reste on en discutera avec le maître pour se fixer un cap et savoir le travail qui reste à faire. Pour l’instant, je savoure ce titre !"


Le décryptage de son maître d’armes, Vincent Appolaire 

« Il a fait une compétition aboutie. Il a été sérieux et rigoureux toute la journée. Il ne s'est pas relâché et il est resté concentré. Le niveau montait avec les tours qu’il passait. Pour terminer sur une finale accrochée. Il démarre bien le match. Son adversaire recolle au mauvais moment, dans money time. Mais il a su serrer le jeu pour mettre les dernières touches. Il fallait qu’il gagne pour marquer de gros points au classement mondial pour la qualification au Jeux. Il l’a fait. Tout le monde voulait ces points. Je suis content qu’il ait gagné car c’est important pour la course au Jeux. Houssam est en train de passer des caps importants. C’est important pour la section escrime du LSC qui, en l’espace d’une semaine, rapporte deux titres continentaux. Houssam est un levalloisien formé au club de Levallois. C’est encore plus satisfaisant. Maintenant place aux championnats du Monde à Budapest."